Naissance d’un Goncourt

Quéffelec.jpeg Yann Quéffelec nous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, et ça a un charme fou. Son Naissance d’un prix Goncourt, évoque une éditrice formidable, un personnage hors du commun qui a « fait » des écrivains aussi différents qu’ Alexandre Jardin et Bernard-Henri Lévy, Lucien Bodard et André Glucksmann, entre autres.

Et Yann Quéffelec, donc. Que Françoise Verny croise par hasard un soir de tempête, à Belle-Île en mer. Il tente d’amarrer son bateau, elle lui tape sur l’épaule et lui lance dans la fureur des éléments « Toi, chéri, tu as une gueule d’écrivain. » Comment avait-elle deviné, que fils d’écrivain, il voulait, lui aussi taquiner la plume? Stimulé, encouragé, il écrivit et écrivit si bien que son deuxième roman, Noces barbares, obtint le prix Goncourt en 1985.

Le portrait qu’il trace de Françoise Verny est une ode à l’amitié et à l’affection, le récit qu’il fait de leurs soirées très arrosées devient pages d’anthologie. Et la lecture de Naissance d’un prix Goncourt est un moment de plaisir pur.

Naissance d’un Goncourt, Yann Quéffelec, Calmann-Lévy