La chance de leur vie

Desarthe.jpg La rentrée littéraire bat son plein et j’ai pris un peu de retard. Voici enfin ma première chronique, celle du roman d’un auteur que j’aime tout particulièrement et que je suis fidèlement.

La chance de leur vie, c’est qu’Hector ait accepté un poste de professeur dans une université de Caroline du Nord. Sa femme Sylvie et son fils Lester l’accompagnent. Alors qu’il devient la coqueluche du département de philologie romane, multipliant les conquêtes, Sylvie, elle reste plutôt en retrait.

Ce que j’ai adoré dans ce roman, c’est la façon qu’a Agnès Desarthe de creuser sous la peau de ses personnages. Son héroïne, m’a fait penser à un héron sur une patte. Toute de grâce et de mal-être, entraînant celui de ses interlocuteurs. Tout lui est difficile, que ce soit s’adapter à ce niveau milieu, ou se rendre à l’Alliance française, une scène épique. Hector, lui, est tout d’une pièce. Il aime profondément sa femme tout en entretenant deux liaisons qui ravivent sa fierté de mâle. Quant à leur fils, il vit son expérience américaine d’une étrange façon. L’attentat du Bataclan, même vécu de loin, claque dans leur vie comme une déflagration…

Si vous ne la connaissez pas encore, je ne peux que vous conseiller ce roman d’Agnès Desarthe ainsi que tous les autres. Son extrême sensibilité fait des merveilles.

La chance de leur vie, Agnès Desarthe, Editions de l’Olivier