La fille qui brûle

Claire Messud.jpg Julia et Cassie se connaissent depuis la maternelle et passent tout leurs temps ensemble. Elles sont amies, presque sœurs, quasi jumelles. Jusqu’à leur entrée au Collège…

Julia, élevée dans une famille unie, aime étudier et veut réussir. Cassie, elle, vit seule avec sa mère, une infirmière un peu étrange, et fait de mauvaises rencontres, noue de nouvelles amitiés. Au grand chagrin de Julia, car quand on a connu un tel lien, tout paraît bien fade.

Claire Messud excelle à sonder les âmes des jeunes filles à la croisée des chemins. Elle se glisse d’ailleurs dans le personnage de Julia, narratrice de l’histoire. Qui raconte la vie en famille, ses études, ses amours. Qui capte le moment où les mères apprennent aux filles à se méfier des hommes, prédateurs potentiels. Qui permettra de découvrir où Cassie a fugué…

Il y a tant de profondeur, tant de finesse chez cet auteur, que je n’ai pas envie de quitter trop vite son univers. Cet été, je mets donc à mon programme lecture son opus précédent, La femme d’en haut (Gallimard).

La fille qui brûle, Claire Messud, Gallimard

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s