Rattrapage: Douleur

Douleur.jpg Je n’avais jamais lu de livre de Zeruya Shalev, talentueux écrivain israélien, et j’ai été tellement bouleversée à la lecture de Douleur (sorti en mars 2017), que je pense consacrer à son œuvre au moins deux semaines de mes vacances d’été!

Iris a 45 ans. Dix ans plus tôt, elle a été victime d’un attentat dans lequel elle a été grièvement blessée. La douleur l’accompagne depuis, maîtrisée la plupart du temps, aiguë par moment. Directrice d’école dans un quartier sensible de Jérusalem, elle y consacre tout son temps, au détriment parfois de ses enfants, Alma et Omer. Le couple qu’elle forme avec Micky est fragile, celui-ci se réfugiant, seul, dans d’interminables parties d’échec.

Quand on la rencontre, Iris consulte un médecin qui se consacre à la douleur, dans lequel elle reconnaît les traits d’Ethan, son grand amour de jeunesse. Leur rupture l’avait brisée, et elle tente alors de renouer les fils de sa vie…

S’il n’y avait ici que la beauté de l’histoire d’une famille dans son intimité, ce serait déjà beaucoup. Mais il y a en plus la splendeur du style. Et le fait qu’on se trouve au plus près de la pensée d’Iris, vivant avec elle joie, angoisse et bouleversements de l’existence. Et des bouleversements, il y en a, qu’ils soient amoureux ou maternels… Voilà un auteur (Mari et femme, Vie amoureuse, Théra, Ce qui reste de nos vies… ) qui vous marque au fer rouge et que je vous invite vivement à découvrir, si ce n’est déjà fait.

Douleur, Zeruya Shalev, traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz, Gallimard

Lisez un extrait de Douleur sur le site de Gallimard.

Une réflexion sur “Rattrapage: Douleur

  1. julie binsztok

    Ses livres sont d’ une intensité, d’une densité extraordinaire. « Mari et femmes » est l’un des plus beaux livres que j’ai lus. « Vie amoureuse’ aussi.

Les commentaires sont fermés.