Une famille

CVT_Les-reveurs_7938 C’est dans une famille de doux-dingues – la sienne – que nous emmène Isabelle Carré. Chez ses parents, les murs sont peints en rouge, partout. Nous sommes dans les années 70. Son père, un designer réputé, fait de la muscu, sa mère est toujours triste. Isabelle passe ses vacances avec ses deux frères, parfois dans le château de ses grands-parents maternels, des aristocrates désargentés, parfois dans la petite maison de ses grands- parents cheminots. Soit un grand écart permanent et plutôt formateur. Dans cette atmosphère en dents de scie, pas facile de trouver son équilibre. Isabelle fait une tentative de suicide à 14 ans et sera sauvée par le théâtre. Quant à la lumière de ce roman, elle vient des liens très tendres qui lient les personnages.

Sommes-nous tous conditionnés, non seulement par nos gènes mais aussi par les actes de nos parents et grands-parents? C’est à cette question que répond le très beau roman de l’actrice Isabelle Carré. Son livre et son style, tout en pudeur et en délicatesse, souvent poignants, lui ressemblent.

Les Rêveurs, Isabelle Carré, Grasset

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s