Histoire d’eau

Rash par le vent pleure.indd

Fin des années 60. Par un bel après-midi d’été, Ligeia apparaît sous les yeux ébahis de deux frères, Bill et Edward. Elle est blonde, belle et libre. Elle vient de Californie où, en matière de mœurs, tout est permis. Eux sont élevés par leur mère et leur grand-père tyrannique et ultra-conservateur. Ils travaillent pendant leur temps libre et leur seul loisir est de passer leurs après-midi d’été près d’une rivière. Très vite les trois jeunes gens deviennent amis.

Cinquante ans plus tard, dans la même petite ville du cœur des Appalaches, des ossements sont trouvés dans la rivière. Il faut peu de temps à la police pour découvrir que ce sont ceux de Ligeia, mystérieusement disparue cinquante ans auparavant. Les deux frères vont alors devoir regarder la vérité en face…

Résumé ainsi, Par le vent pleuré apparaît comme un thriller alors qu’il n’en est rien. Bien sûr, on a envie de savoir ce qui est arrivé à Ligeia, mais l’essentiel est ailleurs. Il est dans la poésie de ces après-midi nimbés d’eau et de soleil. Dans ces jeunes garçons qui deviennent des hommes de la plus terrible des façons. Dans le sens parfait des atmosphères que maîtrise l’écrivain Ron Rash. Et on se laisse, nous aussi, emporter au fil de l’eau et de sa plume.

Par le vent pleuré, Ron Rash, Seuil

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s