Esclavage


J’ai choisi un peu au hasard le premier livre de la rentrée littéraire, mais quel choix!

Bakhita, dite ironiquement la Chanceuse, est une petite fille de sept ans, enlevée dans son village du Darfour pour être vendue comme esclave. Véronique Olmi lui a donné sa voix pour raconter son périple, de malheur et de solitude, de souffrance et de torture. Les marches forcées jusqu’au Soudan, la mort arbitraire des plus faibles, les maîtres plus ou moins fous, avides de violence, les interminables séances de fouet, pour un oui ou un non, elle a tout vu, tout vécu. Et c’est son corps, violemment scarifié, qui en parle le mieux. A 19 ans, Bakhita est enfin rachetée par un consul d’Italie qui voudrait la ramener dans son village natal. Sans succès car elle ne connaît même plus son nom. La jeune fille  le suit alors en Italie, où elle est convertie au christianisme et devient religieuse. Un état qui convient bien à l’idéal d’absolu et de beauté qui lui a permis de survivre.

Avec cette biographie romancée, cruelle, vraie, poignante, Véronique Olmi est entrée dans la cour des grands.

Véronique Olmi, Bakhita, Albin Michel

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s