Au cœur de Daesh

CVT_La-veuve-noire_8970.jpgLorsqu’on est auteur de romans d’espionnage, connaître la réalité du Proche-Orient et les dangers de Daesh est un must. De là à prévoir, avant qu’il n’ait eu lieu, un attentat de grande envergure à Paris, causé entre autres par un djihadiste vivant à Molenbeek… il y a un monde. C’est pourtant ce qui est arrivé au très doué Daniel Silva.
Son personnage récurrent, le célèbre espion israélien, Gabriel Allon, s’apprête à diriger le « Bureau » de Tel Aviv lorsque qu’un attentat à la bombe a lieu à Paris, au Centre pour la recherche sur l’antisémitisme en France. Hannah Weinberg, son amie, y est tuée. Cette affaire est assez grave pour que Gabriel retourne sur le terrain. Il est chargé de retrouver Saladin, l’organisateur de cette attaque, et surtout d’empêcher que d’autres carnages n’aient lieu en Occident. Pour cela, il va envoyer Natalie, une jeune femme juive incarnant une Palestinienne, en Syrie, au cœur même du dispositif de Daesh. Mais rien ne se passe comme prévu…
J’ai adoré ce livre qui se dévore littéralement. L’enquête, passionnante, n’est malheureusement pas si éloignée de la vérité que ça. Mais ce qui m’a scotchée – et que j’avais pourtant déjà lu ailleurs – c’est le mode de fonctionnement des djihadistes, leurs connaissances informatiques, leur art de la transparence pour se déplacer d’un coin à l’autre du monde. Quant à la Syrie de Daesh, elle est à la fois terrifiante et déprimante. Dans cet univers très dur, l’émotion pointe ça et là et ça fait du bien!

La veuve noire, Daniel Silva, Harpers & Collins