Dans la forêt

CVT_Dans-la-Foret_7057.jpg Il y a d’abord des coupures d’électricité. Courtes avant de devenir totales. Les magasins qui se vident. Des épidémies qui déciment la population… Sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi. Nell et Eva vivent avec leurs parents dans une maison à l’orée de la forêt, loin du village. Leur mère meurt d’un cancer juste avant la catastrophe, leur père d’un accident. Au début les deux jeunes filles tentent de garder leurs habitudes. Nell, future ballerine, danse sans relâche. Avec un métronome puisqu’il n’y a plus de musique. Eva, qui devait rentrer à Harvard, continue à étudier… l’encyclopédie familiale. Petit à petit les vivres manquent et elles cultivent un potager, faisant aussi des incursions de plus en plus prolongées dans la forêt…
Contre toute attente, la monotonie est absente du roman de Jean Hegland, plus exploration psychologique que du monde. L’aventure, la fin d’un monde ont lieu à deux pas de chez soi, mais le talent de l’auteur fait qu’on s’attache immédiatement à son roman. Il y a de l’aisance, de la fluidité dans l’écriture de Dans la forêt qu’on dévore d’un bout à l’autre.
Dans la forêt, Jean Hegland, Gallmeister

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s