D’Afrique à l’Amérique

998531.jpg Nous sommes sur la Côte de l’Or (qui deviendra le Ghana) en 1750. Tout commence par deux soeurs que tout sépare. L’une Effia, jeune villageoise, est forcée d’épouser un homme blanc, un Anglais, gouverneur du fort de Cape Coast Castle. Sa famille participe à la traite des esclaves. C’est dans ce même fort qu’est détenue Esi, la soeur dont elle ignore l’existence, et qui raptée, partira bientôt en Amérique pour travailler dans les champs de coton. En racontant la vie de leurs descendants sur sept générations, en Afrique et en Amérique, l’auteur parcourt 300 ans d’histoire et élabore une réflexion sur les conséquences de l’esclavage. Chaque chapitre de cette saga familiale et historique porte la voix d’un descendant des deux soeurs. En quelques pages Ness, Quey, James et les autres sont décrits avec une humanité profonde et ont une telle présence que leurs obsessions – celles du feu et de l’eau – deviennent les nôtres. C’est dur, poignant, j’ai eu souvent le coeur au bord des larmes. Mais c’est un premier roman extrêmement abouti qui comporte heureusement sa lueur d’espoir. Et une chose est sûre, on entendra encore parler de Yaa Gyasi.
No Home, Yaa Gyasi, Calmann-Lévy.

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s