Rattrapage

derniers-jours-zweig Visionnaire, il a fui sa Vienne tant aimée pour Londres, quatre ans avant l’Anschluss. Puis pour New York et enfin pour Persépolis au Brésil. Dans son lointain exil, Stefan Zweig emmène avec lui sa jeune femme Charlotte Altman. Mais être juif en 1942 signifie emmener partout avec soi la nostalgie de son lieu de vie et l’effroyable inquiétude pour les proches restés en Europe occupée. D’autant plus que les mauvaises nouvelles pleuvent. Et que filtre peu à peu la terrible réalité de l’extermination. En pensant à Vienne, à la foisonnante Mittel Europa du début du 20e siècle, Zweig écrit. Son célèbre ‘joueur d’échecs’ notamment. Rencontre des écrivains, en exil, comme lui. Mais se laisse entraîner dans le désespoir et finit par se donner la mort aux côtés de sa femme.
C’est un roman fiévreux, qui suit les méandres du désespoir de Stefan Zweig, et qui nous laisse à bout de souffle, tant on souffre avec lui. Un livre excellent, pas seulement parce qu’il est consacré à l’écrivain tant aimé, mais parce que Laurent Seksik, donne, avec passion, vie à ses personnages.
Le livre est paru en 2010. Depuis il y a eu le théâtre, la BD qui s’en est inspirée. Mais le roman est toujours le plus fort.
Les derniers jours de Stefan Zweig, Laurent Seksik, Flammarion et J’ai Lu

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s