Et la vie nous emportera

9782226318244-j Le premier livre de la rentrée littéraire que j’ai choisi, une fois n’est pas coutume, est un américain. J’adore la collection Terres d’Amériques d’Albin Michel. Les grands espaces permettent de respirer. Et le souffle romanesque y est toujours présent. David Treuer plante son décor en août 1942 dans la maison d’été de grands bourgeois du Minnesota. Le fils unique, Frankie, y séjourne quelques jours avant de s’enrôler dans l’armée. Il y retrouve Billy, son ami d’enfance indien, avec lequel il entretient une liaison inavouable pour l’époque. Quand un prisonnier allemand s’échappe du camp situé en face de la maison, une battue est organisée à laquelle tous participent. Jusqu’à ce que le drame éclate… Quelle finesse, quelle sensibilité pour aborder le rapport qu’entretiennent les Blancs avec les Indiens, l’agitation des jeunes gens. Sans oublier les années de guerre que Frankie passe dans un bombardier. On est immédiatement pris dans ce tout bon roman, et on le lit quasi d’une traite.