Je vous écris dans le noir

4161gePV+5L._SX195_.jpg Je n’avais pas remarqué ce livre lorsqu’il est sorti en 2015, et c’est le Prix des lectrices Elle qu’il vient d’obtenir qui a finalement attiré mon attention sur lui. Bien m’en a pris! C’est d’un tout bon roman dont il est question ici. Le sujet? Jean-Luc Seigle prend ici la voix de Pauline Dubuisson, une jeune femme d’une vingtaine d’années qui a été jugée pour l’assassinant de son fiancé, Félix. Très belle, elle a tant fasciné qu’elle a même inspiré à Clouzot, le film La Vérité. C’est justement en le voyant au cinéma, alors qu’elle venait de sortir de la prison où elle avait purgé sa peine, que Pauline décide de définitivement quitter la France et qu’elle s’installe au Maroc, à Essaouira, sous un nouveau nom. Là, elle se confie à des carnets retraçant sa vie. On y découvre d’abord qu’elle est la victime d’une étrange configuration familiale, son père n’hésitant pas à la pousser dans les bras d’un médecin allemand pendant la Deuxième Guerre mondiale. Les conséquences seront terribles et influenceront sa vie entière… Dans une langue belle et élégante, Jean-Luc Seigle redonne son humanité à Pauline, nous brutalise avec une scène insoutenable mais essentielle pour comprendre le personnage. On sort secoués de cette lecture passionnante, bouleversés par la double, voire triple peine de Pauline.
Jean-Luc Seigle, Flammarion, J’ai Lu

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s