La septième fonction du langage

laurent binent Nous sommes à Paris en 1980, quelques mois avant l’élection de François Mitterrand. En sortant de chez ce dernier, l’écrivain et sémiologue Roland Barthes se fait écraser par une camionnette. Alors qu’il est hospitalisé, un inconnu se glisse parmi les fans à son chevet, et le tue en lui enlevant son respirateur. Sur les traces du tueur, un commissaire de police accompagné d’un jeune linguiste réquisitionné de force à Vincennes, qui l’aidera à comprendre les arcanes de la linguistique et du milieu intellectuel… On y croise aussi bien Ferdinand de Saussure que les théories de Barthes, de Jakobson et de Todorov, décrits sur un ton critique et drôle, du pur bonheur pour l’ancienne romaniste (étutdiante en lettres) que je suis. On s’y balade dans le milieu homosexuel de l’époque avec Michel Foucault comme guide, on y encontre Sollers, Kristeva et B-H.L. Les cadavres s’accumulent et le pauvre commmissaire n’hésite pas à sauter dans la Seine pour tenter de deviner ce qu’est cette septième fonction du langage…
Franchement j’ai bien aimé et bien ri, même s’il y a beaucoup de longueurs et que j’avoue avoir passé des pages (après tout, Daniel Pennac l’autorisait :-)). On peut regretter le côté roman pour initiés mais la description de l’époque et la réflexion sur le roman sont particulièrement réjouissantes.
La septième fonction du langage, Laurent Binet, Grasset

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s