Intérieur nuit: l’intelligence au service de la peur

Marisha-Pessl-Intérieur-nuit-GallimardC’est rare, mais j’ai eu peur en lisant ce livre. C’est dire si l’atmosphère de malaise qui règne pendant toute l’histoire est finement rendue…

L’histoire? Celle d’une jeune femme de 24 ans, Ashley Cordoba, retrouvée morte dans un entrepôt désaffecté de New York. Suicide ou pas? Comme la victime est la fille de Stanislas Cordoba, un mystérieux réalisateur-culte, auteur de films d’horreur, Scott McGrath, journaliste d’investigation, ne peut s’empêcher de se poser la question. Accompagné d’Hopper, autrefois amoureux d’Ashley, et de Nora, passionnée par le cinéma de Cordova, il mène l’enquête. De témoin, en témoin, d’un asile psychiatrique à l’antre d’une praticienne de la magie noire… l’angoisse monte.

Mon verdict: on a ici un vrai roman noir, qui utilise tous les codes du thriller. Sa construction est redoutablement intelligente, l’auteur glissant carrément de vrais-faux extraits de journaux ou de pages web au gré de l’enquête, ce qui étoffe son propos et donne aux lecteurs l’impression de participer à l’enquête. En ce qui concerne les personnages, ils sont denses, fouillés, on y croit vraiment. Et c’est d’autant plus vrai pour celui du réalisateur dont la noirceur n’est pas sans rappeler celle de David Lynch.

Au final, cela donne un tout gros bouquine, qu’on ne peut lâcher et qu’on lit très, très, très vite.

Intérieur nuit, Marisha Pessl, Gallimard

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s