Le livre, un objet de pub comme un autre

J’ai passé quatre jours à Paris dernièrement et quelque chose m’a frappée: on y voyait un peu partout affichées dans la ville, des publicités pour le dernier livre de Jean-Christophe Rufin, Check-point. Cela me gênait, me le rendait moins désirable et je me suis demandé pourquoi. J’adore passer dans le métro parisien, parce que l’on y voit des publicités pour des expositions et des pièces de théâtre. Alors qu’est-ce qui clochait avec un livre? La raison m’a sauté aux yeux d’un coup. La relation avec un livre tient tellement de l’intime, est si associée pour moi aux délicieux moments de lecture passés au lit notamment, que je n’ai pas envie de voir ces livres-là, mes précieux, étalés aux yeux de tous. Et vous, qu’en pensez-vous?