Une vie presque sans fin

J’ai terminé ce formidable roman (merci Marianne de la Librairie Filigranes) il y a quelques jours déjà mais ses personnages viennent encore régulièrement me rendre visite. Et surtout Ursula Todd la première d’entre eux. Qui naît un onze février 1910 et meurt aussitôt le cordon enroulé autour du cou. Qui renaît et parvient à survivre grâce au coup de ciseau du docteur. Et puis meurt noyée sous les hautes vagues quatre ans plus tard, avant de revivre…

Kate Atkinson, écrivain anglais que je suis et apprécie depuis Dans les coulisses du musée, a su tirer toutes les innombrables possibilités de ce procédé romanesque et a doté Ursula Todd, d’un don de prescience et de déjà vu, ce qui lui permet d’avancer et d’éviter certaines erreurs. Ainsi suite à un voyage dans l’Allemagne hitlérienne, Ursula comprend qu’il vaut mieux tuer Hitler et courageuse passe à l’acte. Mais les plus extraordinaires pages de ce roman sont pour moi celles qui se passent pendant la guerre dans Londres bombardée. Où l’on vit dans les caves avec les habitants, où l’on respire poussière et gravats, où l’on découvre également les cadavres suite à chaque attaque de Londres, Ursula faisant cette fois, par un tour de passe-passe littéraire réussi, partie de la défense civile.Une vie après l’autre est un roman sur le temps, sur les possibilités qu’offre la vie, sur ce que les expériences nous apportent et nous enseignent. Mais nous offre avant tout des heures de lecture heureuses.

Une vie après l’autre, Kate Atkinson, Grasset

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s