Poème chinois

IMG_0309

Eloge du Saule, He Zhizhang
Une belle jeune fille maquillée en grand arbre;
Rubans verts d’une jupe: ses dix mille rameaux.
On ignore qui a découpé ces petites feuilles;
Le vent printanier de mars est comme des ciseaux.

Ce poème magnifique écrit au 8e siècle me fait un peu penser à René Char sans qu’il n’y ait aucun rapport entre les deux auteurs. Il est extrait de l’Anthologie de la poésie chinoise récemment publiée dans la Bibliothèque de La Pléiade.

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s