Le top-dix des meilleures ventes littérature

Filigranes, ma librairie bruxelloise préférée, vient de publier la liste de ses meilleures ventes littérature du mois de mars. J’ai lu certains titres, d’autres font encore la file dans ma liseuse numérique. La plupart sont de très bons livres. Loin des top-dix comprenant l’ensemble des lieux de vente (y compris les supermarchés), on sent ici le travail de fourmi des libraires. Plus d’infos: www.filigranes.be

1. Temps glaciaires, Fred Vargas, Flammarion
2. Soumission, Michel Houellebecq, Flammarion
3. La vérité et autres mensonges, Sascha Arango, Albin Michel
4. Danser les ombres, Laurent Gaudé, Actes Sud
5. Le principe, Jérôme Ferrari, Actes Sud
6. Héloïse, Ouille! Jean Teulé, Julliard
7. Trois fois dès l’aube, Alessandro Baricco, Gallimard
8. Plus haut que la mer, Fancesca Melandri, Gallimard
9. Je suis Piligrim, Terry Hayes, JC Lattès (et désormais au Livre de Poche)
10. Manderley for ever, Tatiana de Rosnay, Albin Michel

Hommage de l’auteur absent de Paris

hommage

Les journalistes ayant peu ou prou un rapport avec les livre et leurs éditeurs connaissent ce petit carton glissé dans les ouvrages envoyés en service de presse. Les autres se régaleront de ce livre délicieux écrit par Emmanuelle Allibert, attachée de presse devenue très judicieusement écrivain. Un auteur dont elle nous révèle la lutte quotidienne pour être lu, connu et si possible projeté dans la lumière. Rapports avec l’éditeur et ses assistants, rencontre avec l’attachée de presse qui s’occupera de lui pendant toute sa promotion, séance de dédicaces, interviews, salons de province et puis le Graal, l’hypothétique passage en télé où l’auteur se fait souvent dévorer. Les coulisses du petit monde des lettres sont racontés avec humour, m’ont fait rire aux éclats, Emmanuelle Allibert se mettant également en scène lorsque d’attachée de presse, elle devient auteur. La boucle est bouclée!

Hommage de l’auteur absent de Paris, Emmanuelle Allibert, Editions Léo Sheer

Il est comment le dernier Arnaldur Indridason?

Nuits-de-Reykjavik-Les-HD-300x460
Bof bof! Malgré sa 2e place dans le top-cinq des ventes de polars et des articles de presse élogieux moi, je n’ai pas accroché aux Nuits de Reykjavik. L’histoire? L’auteur revient sur les débuts dans la police du commissaire Erlendur, à l’époque où il travaillait la nuit et s’occupait surtout d’alcoolisme et de violence conjugale. A 28 ans, Erlendur est déjà sombre et taciturne et enquête pendant ses temps libres sur une mort restée inexpliquée, celle d’Hannibal, un clochard retrouvé noyé dans une mare. Sa perspicacité le fait remarquer par la Criminelle…  Le souci? J’ai trouvé l’enquête longue, poussive, ennuyeuse même. Arnaldur Indridason soigne comme toujours l’atmosphère de ses romans, mais je me demande si le meilleur de ses livres n’est pas derrière lui. Je veux parler de La femme en vert, une histoire terrifiante de violence conjugale, à la fois plus nerveuse et poignante. Domamge, mais ce n’est que mon avis bien sûr!

Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason, Métalié

Le top-cinq des polars les plus vendus

Le magazine Lire consacre un dossier spécial aux polars dans son numéro d’avril. Avec un classement des meilleurs ventes dont j’ai emprunté les cinq premières ici.

1. Stephen King, Mr Mercedes, Albin Michel

2. Arnaldur Indridason, Les nuits de Reykjavik, Métalié

3. Maxime Chattam, Que ta volonté soit faite, Albin Michel

4. Jussi-Adler Olsen, L’effet papillon, Albin Michel

5. Christian Jacq, Les enquêtes de Setna. Le Livre interdit, XO

Chronique de l’un des cinq demain. Devinez lequel!

Citation

paul-eluard

« Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. » Paul Eluard, L’Avenir de la poégie, Poésie Gallimard

Refuznik

refuznik

J’aime le titre de ce livre qui claque comme un étendard. C’est quoi un refuznik? Le nom donné dans les années 70 aux Juifs d’URSS qui voulaient émigrer en Israël et à qui on refusait ce droit. Librement inspiré de la vie du plus célèbre d’entre eux, Anatoly Chtchransky, le roman de David Bezmozgis évoque une rencontre hasardeuse, qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Celle de Baruch Kotler, un ministre israélien né à Moscou, et de Vladimir, qui se prétendait son ami et l’a dénoncé jadis au KGB, ce qui valut à Baruh quinze ans de goulag. Baruch souhaite affronter Vladimir, le comprendre peut-être, mais devant sa décrépitude, il n’a d’autre choix que de lui pardonner. Le face-à-face est rude, et l’auteur creuse au plus profond la personnalité de ses héros. Les personnages secondaires sont attachants, l’humour bien présent, bref on se régale!

Refuznik, David Bezmozgis, Belfond

Histoire de famille

pardonnable

Quand Milo fait une mauvaise chute à vélo et est gravement blessé, ses parents, Céleste et Lino, sa grand-mère Jeanne, sa tante Marguerite se retrouvent bouleversés à l’hôpital. Auprès du petit garçon blessé, cette famille heureuse en apparence va révéler des failles profondes. Pourquoi Jeanne préfère-t-elle Céleste à Marguerite? Quelle douleur secrète cache Céleste? Qui est vraiment Marguerite, la tante adorée de Milo? Toutes ces douleurs et guerres larvées, vont ralentir le processus de guérison du blessé. Une fois plongée dedans, impossible de lâcher ce livre bouleversant qui se lit d’une traite. Les personnages sont parfaitement dessinés, leurs souffrances nous atteignent, leur accès au pardon aussi. Et l’écriture est légère comme une aile de papillon.
Pardonnable, impardonnable, Valérie Tong Cuong, JC Lattès

Citation

Jardin_petit_bordeaux_01

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut. Cicéron

Plongée en terre d’Islam

Bilqiss Quelque part, dans un pays jamais nommé mais qui ressemble furieusement à l’Afghanistan, une femme se retrouve devant un tribunal. Son crime? Avoir fait l’appel à la prière, mais surtout avoir mis les religieux, maîtres du pouvoir, face à leurs contradictions. Bilqiss parle, Bilqiss ose. Elle évoque avec insolence la situation de la femme mais aussi le vol de la parole de Dieu. Sa sentence? La lapidation, comme au Moyen Age. Face à elle, un juge amoureux et une journaliste américaine idéaliste qui chacun à leur manière feront tout pour la sauver…
Ce roman court et à la force inouïe claque comme une gifle. Nous rappelle notre chance d’Occidentale, nous invite à la vigilance. Car là où les femmes sont brimées et en danger, c’est l’humanité qui souffre.

Bilqiss, Saphia Azzeddine, Stock

Incipit

« Contrairement à vous, je ne parlerai pas en Son nom. Mais j’ai une intuition. Vous adorez Dieu mais, Lui, Il vous déteste. »

Bilqiss, Saphia Azzeddine, Stock

La chronique suit, demain…