L’autre visage de Catherine II de Russie

Deux adolescents regardent la neige tomber, deux amants rêvent d’un voyage loin de Saint-Pétersbourg…  Ce sont peut-être les plus belles images de cette Femme aimée d’Andreï Makine (Seuil) qui pourtant en foisonne. Jeune réalisateur, Oleg est passionné par Catherine II de Russie, dont il connaît tous les secrets, tous les détails de sa vie. Ma comment réaliser un film avec une telle somme d’informations? Et comment déjouer la sévère censure de l’époque Brejnev? Très vite son scénario lui échappe et le film dont il rêve ne voit pas le jour. On retrouve Oleg 20 ans plus tard. Le mur de Berlin est tombé, la Russie s’est libéralisée à l’extrême, et Oleg accepte la proposition d’un ami de faire de sa Catherine, une série télévisée.  Une fois encore, le personnage n’est pas pas tel qu’il la souhaite. Et surtout au-delà des clichés,  il ne peut montrer en elle, la femme aimée… Ce très beau texte du plus français des écrivains russes, excelle tant dans sa vision de l’impératrice du 18e siècle, que dans les allers-retours entre deux époques tout autant marquées par la violence. Sans oublier les rêveries de Catherine II et d’Oleg qui nous emportent loin de la dureté des jours. Magnifique!