Ouragan

De Laurent Gaudé, toujours, vient de sortir chez Babel, en édition de poche, Ouragan. Sans qu’il ne soit jamais nommé, c’est de l’ouragan Katerina qu’il s’agit et de ses répercussions sur une dizaine de personnages. Tandis que la plupart des habitants fuient La Nouvelle Orléans inondée et dévastée, certains décident de rester. Il y a Joséphine, la vieille « négresse » presque centenaire qui incarne à elle seule la douleur et la fierté des Noirs, Rose et son petit garçon qu’elle ne parvient pas à aimer, Keanu qui décide de rejoindre la ville pour la retrouver, un groupe de prisonniers évadés et un Révérend complètement illuminé. Plutôt que d’observer l’ouragan de haut, Laurent Gaudé s’attache à décrire la part, ô combien humaine, de chacun, alors que les éléments se déchaînent. Pascal parlait hier de poésie pour décrire le style de l’auteur, je lui ajouterais aujourd’hui le terme de chant. Car s’est d’un roman choral qui s’agit, les voix des personnages s’entremêlant, sans que jamais la clarté du propos ne se perde. On est ici face à un des plus beaux rôles de la littérature, celui de donner à voir, à saisir, bien mieux que mille reportage, un fait réel.   
Ouragan, Laurent Gaudé, Babel

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s