Adieu Jérusalem

C’est d’abord le titre et le thème de ce livre qui m’ont attirée: un roman de politique-fiction (bien plus qu’un thriller ou qu’un policier d’ailleurs) qui prévoit la chute de Jérusalem, diantre, rien que ça. Et puis la quatrième de couverture était bien alléchante: trois pélerins russes introduisent la peste à La Mecque, les malades et leurs proches hurlent au complot juif, ce qui , en cascade, occasionne des troubles graves en Israël. Ce que j’ai aimé: le livre  m’a fait penser aux écrits de Lapierre et Collins: une multitude de personnages et de lieux, au même moment, des chapitres courts qui retiennent l’attention, tout cela fonctionne très bien. L’auteur connaît  bien Israël, et ses personnages du vieux président démocrate, du mafieux russe, et de l’intellectuel de gauche sont très ressemblants.(On reconnaît d’ailleurs sans trop de problème Shimon Peres, Avigdor Lieberman,et Zeev Sternhel.) Le commissaire de police, un Arabe israélien, est, lui, très émouvant. Ce qui m’a moins plu: la situation décrite, comme les personnages sont très intéressants et méritaient d’être plus développés. J’ai eu l’impression que tout n’était qu’effleuré… Bon, je ne bouderai pas mon plaisir, j’ai passé un bon moment, mais quand même, je suis restée sur ma faim.
Adieu Jérusalem, Alexandra Schwartzbrod, Le Livre de Poche

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s