Le club des incorrigibles otpimistes

1961. Champion de baby-foot, fou de rock et de lecture, Michel Marini à 12 ans quand il découvre, caché dans un café de Denfert, un mystérieux club d’échecs. Le point commun de ses membres? Ils ont tous fui les pays de l’Est et leurs dictatures communistes. Entre le jeune garçon pour qui la vie n’est pas toujours rose et Igor, Leonid, Sacha, Tibor et les autres, vont se nouer d’indéfectibles liens d’amitié. Tout l’art de ce roman tient à raconter la vie de Michel, de sa famille et de ses amis d’une part, et d’autre part le destin de ces immigrés ballotés par l’Histoire. Et il en fallait du talent pour nouer tous ces fils et en faire un tout harmonieux. Le résultat est magnifique, ample, poignant, l’écriture extrêmement fluide sert le texte à merveille.  Et c’est à regret que l’on quitte ces héros de papier.
Le club des incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia, Le Livre de Poche

Auteur : Anne Rozenberg

Anne Rozenberg, journaliste et blogueuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s